Escapade à l’Abbaye du Thoronet

Ou havre de paix au coeur du pays varois varois

2016-03-06 15.35.24
vue de la façade de l’Abbaye.

Depuis toute jeune, ce nom me fait rêver : l’Abbaye du Thoronet. Sur le point de quitter ma région, je ne pouvais me résoudre à laisser ce lieu derrière moi sans l’avoir visiter une fois. Nous avons ainsi profiter de la gratuité du dimanche, appliquée jusqu’au mois de novembre. Ne vous privez plus !

Classé Monument National, le lieu est enchanteur et apaisant, adapté à la visite avec des enfants et handicaps légers. Il règne ici un certain calme que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur. Armé de notre document de médiation, nous avons tenté de suivre un parcours de visite cohérent, mais cela s’est révélé plus que difficile, nous nous sommes donc laissé porté au gré de nos découvertes.

L’architecture extérieure est sobre et laisse à penser l’importance du lieu lorsqu’il était en fonction. Abbaye cistercienne, sa construction prendra 70 ans entre 1160 et 1230, elle habrite par la suite une cinquantaine de personnes. En fonction pendant plus d’un siècle et demi, elle se dégrade progressivement, on note cependant que 7 moines irréductibles y vivent encore en 1760. On doit son état actuel à Prosper Mérimée, dès 1841 les restaurations débutent et son rachat progressif par l’état commence en 1854. Bien plus tard, ses lignes dépouillées et son équilibre architectural seront une source d’inspiration pour les architectes modernes, dont Le Corbusier.

Vue intérieure de l'Abbaye : abside ne cul-de-four et fenêtre représentant la Trinité.
Vue intérieure de l’Abbaye : abside en cul-de-four et fenêtre représentant la Trinité.
Vue intérieure de l'Abbaye : les vitraux de la façade.
Vue intérieure de l’Abbaye : les vitraux de la façade.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le coeur de cette architecture est le cloître, faisant le lien entre tous les bâtiments communautaires. Cet endroit est marqué par une ambiance de recueillement, de travail communautaire et de calme, on imagine assez bien le silence austère qui devait y régner au temps des moines. C’est d’ailleurs non loin de là que se trouvait le parloir, seul lieu où les moines pouvaient échanger.

2016-03-06 16.09.56

Un chemin de ronde permet aussi d’avoir un point de vue élevé sur l’architecture et de profiter du soleil, comme c’était le cas pour nous.

2016-03-06 16.17.59
Chemin de ronde : porte du dortoir sur la gauche. Clôcher au dessus de l’abside. Balcon donnant sur le cloître.
2016-03-06 16.15.58
Le lavabo du cloître vu du chemin de ronde.
2016-03-06 16.13.44
Vitrail du dortoir des moines.

Enfin, nous avons pénétré par un petit escalier dans une pièce à la lumière jaune, assez chaude et extrêmement agréable. Ce fût ma pièce préférée de la visite, après l’impression de grandeur et de majesté dégagée par l’architecture de l’Abbaye, ici nous trouvions une autre paix. On peut ressentir ici l’aspect privatif du lieu, nous trouvons dans le dortoir des moines : chaque couche se trouvait devant une niche. Face à la visiteuse vêtue de rouge, nous voyons l’ouverture très lumineuse qui donne sur le chemin de ronde.

2016-03-06 16.14.03
Le dortoir des moines et sa douce lumière jaune.
2016-03-06 15.48.39
Vue extérieure de l’abside en cul-de-four de l’Abbaye et son clôcher.
Tombe des moines derrière l’abside de l’Abbaye.

Le site de l’Abbaye du Thoronet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s